TimelineFRA 43 831

Victoire à la Morgan Cup

Même si nous n'avons pas été brillants en vitesse, une bonne trajectoire nous permet de gagner la Morgan Cup.

12/06/17

Notre victoire à la Morgan Cup est réconfortante. Il y a un déphasage entre notre (ou peut-être ma) perception du déroulement des courses offshores et les résultats finaux. En effet, sur Timeline, nous avons disputé 4 offshores. Nous en avons gagné 2 (Cowes / Dinard et la Morgan Cup). Nous avons terminé deuxième à l’offshore de la Commodore’s et 5ème à la Myth of Malham. C’est donc tout à fait honorable. Inversement, sur l’eau, nous avons souvent l’impression d’être dans le dur. Nous avons souvent du mal à faire avancer le bateau. A chaque régate, soit nous avons un ou plusieurs longs trous de vitesse (Commodore’s Cup, Morgan Cup), soit nous commettons des grosses erreurs de trajectoire (croisement d’un cargo à Cowes / Dinard, mauvaise tactique au départ sur la Myth of Malham). Nous n’avons pas la facilité que nous avions sur Prime-Time. On cherche encore beaucoup les réglages. C’est peut-être normal, nous avons couru 7 ans sur Prime Time et 15 mois sur Timeline.

 

Il y a tout de même une explication potentielle sur nos difficultés en vitesse durant la Morgan Cup : nous avons fait 90% de la course avec la mauvaise voile. Nous en avons donc probablement un peu sous le pied.

 

Nous avons pris un bon départ. Dans un vent qui était d’un peu plus de 20 nœuds, nous avons estimé que le spi de tête était tenable jusqu’aux forts mais que lorsqu’il faudrait lofer entre les forts et Nab, cela allait devenir compliqué. Le peeling semblait aussi difficile à réaliser puisque toutes les allures étaient assez lofées. Nous avons donc choisi le spi de capelage. C’était le mauvais choix. Tous les bateaux du groupe de tête étaient sous spi de tête. Nous avons d’ailleurs du mal à expliquer comment nous avons pu tout de même à passer deuxième aux forts avec un écart assez faible sur Dream Pearls. Ensuite le vent avait un peu molli, probablement adonné aussi un peu et Dream Pearls a tenu sans aucune difficulté son spi de tête jusqu’à Nab et l’écart s’est maintenu. Plus à l’aise pour lofer, nous avons cependant un peu creusé sur les bateaux qui étaient derrière nous entre les forts et Nab.

 

 

Au final, quand nous nous établissons au près à Nab, Dream Pearls a 0.25 milles d’avance. Le vent mollit et nous commettons l’erreur fatale de passer sous léger. Nos gribs nous donnaient en effet un vent de dix nœuds pour toute la nuit. Le changement en tant que tel ne nous a pas couté trop cher vu qu’au moment de virer Dream Pearls est 0.4 milles devant nous et le reste de la flotte est assez loin derrière. Ensuite tout est devenu beaucoup plus compliqué. Le vent est resté aux alentours de 15 nœuds pendant la nuit et nous avons eu un énorme trou de vitesse. Les 3 Sun Fast 3600 qui avaient viré plus tard et le First 40.7 qui avait viré plus tôt sont revenus sur nous à grande vitesse et les 3 Sun Fast nous ont laissé sur place. Nous étions sous léger, il y avait 22 nœuds, le changement de voile n’était pas possible. Très mauvaise séquence. On a au moins appris un truc : à 22 nœuds, le léger n’explose toujours pas… Deux éléments nous ont sauvé : tout d’abord l’angle était assez ouvert, un près très océanique donc le léger ne nous a pas trop coûté en cap. Par ailleurs Dream Pearls a aussi connu un problème de vitesse : les 3 Sun Fast sont passés comme des missiles entre lui et nous. Dream Pearls a choisi une trajectoire plus au sud, couteuse au début et payante aux Casquets où il est arrivé avec un angle beaucoup plus ouvert dans une mer très mauvaise. Les Sun Fast 3600 qui étaient en double ont connu un arrêt buffet aux Casquets et nous sommes revenus sur eux. Aux Casquets, une nouvelle course commence, Dream Pearls est 0.5 milles devant nous, il a gagné 0.1 milles par rapport à l’instant du virement 10 heures plus tôt. Par contre nous sommes au contact avec les 3 Sun Fast 3600 et le le First 40.7 alors que 10 heures plus tôt, ils étaient loin derrière.

 

Ensuite, nous avons connu un passage très difficile. Dans 15 nœuds, en ligne droite, Dream Pearls nous a pris 1 milles en 3 heures. C’était du près serré. C’est probablement lié à notre mauvais genoa, et aussi à notre réglage de gréement qui était conçu pour un vent nettement plus léger. Ou, plus simplement, on n’arrivait pas à faire avancer le bateau. Probablement parce qu’ils étaient en double et qu’ils manquaient de monde au rappel, nous avons tout de même repassé les 3 Sun Fast 3600 durant cette séquence. Nous avions le sentiment de nous battre pour la deuxième place.

 

A l’approche de Guernesey, le vent a molli, négocier la côte Sud a été compliqué. Le bord rapprochant était tribord, il longeait pratiquement la côte, mais à la côte il n’y avait pas de vent. Toute la flotte sauf Red Shift Reloaded  et Bellino a viré deux fois pour retourner à la côte et tout le monde a perdu beaucoup de temps. Nous avons vécu ce moment très difficile en bâbord dans 3 nœuds de vent, à 100° de la route à voir passer en tribord Bellino et Red Shift dans 7 nœuds de vent 300 mètres plus au large. Nous avons accepté de prendre nos pertes et de continuer le bord jusqu’à vraiment entrer dans le vent. Un bateau qui a viré trop tôt (2 longueurs sous nous) a terminé 1h10 derrière alors qu’il restait 4 milles…

 

A 15h25, la situation semble assez mal engagée, Dream Pearls, 2 Sun Fast 3600 et nous avons retrouvé de l’air. Tout le monde est à 4 nœuds et nos 3 camarades sont assez loin devant. RedShift Reloaded est peut-être prenable car il nous rend du temps. A bord, nous sommes cependant conscients que la régate n’est pas terminée. Pour avoir mouillé 6 heures à cent mètres de l’arrivée à Cowes / Dinard, nous savons que dans le petit temps, une régate ne se termine que quand on passe la ligne.

 

 

Dream Pearls et Bellino sont trop gourmands au moment d’abattre, ils le font trop près de la côte et s’arrêtent net. Par ailleurs, dans cette zone, le courant peut être très différent à quelques longueurs près, nous sommes dans la bonne veine. Nous revenons dans le tableau arrière de Red Shift Reloaded qui nous rend du temps. C’est gagné.

 

Comme toujours, c’est celui qui fait le moins d’erreurs qui gagne. Nos mauvais choix de voiles et notre manque d’expérience sur ce bateau nous ont donné une vitesse juste convenable. Inversement, nous avons eu de bonnes trajectoires. C’est globalement positif.

Articles précédents

04/08/16

Analyse des résultats de la Commodore's

Dans ce second article sur la Commodore’s, nous revenons sur les classements généraux par équipe, par classe et scratch.


Lire l'article

01/08/16

La Commodore's selon Timeline

Dans ce premier article sur la Commodore’s cup, nous allons parler de notre performance : 3ème dans notre classe, c’est honorable. Le second article sera consacré à l’analyse des résultats sur l’ensemble des 2 classes.


Lire l'article

11/07/16

Victoire à Cowes / Dinard

Première victoire pour Timeline. Cela fait du bien, d'autant plus que nous n'avions jamais gagné cette course.


Lire l'article

27/06/16

Le UK National IRC

Une régate formidable, toujours pas de podium. Cela correspond à notre niveau.


Lire l'article

17/05/16

Le GP du Crouesty

Un second résultat médiocre, mais des progrès au près dans le petit temps


Lire l'article

28/03/16

Spi Ouest-France 2016

Un résultat médiocre mais pas de réelle déception.


Lire l'article